FORUM FERME

 ::  :: PODVALY ► Sous-sols :: Aquarium Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

See the light, under the water ~ Svetlana

avatar
Né(e) il y a : 36 ans
, à : Moscou.
, mes proches me surnomment : Professeur, Monsieur, ou simplement Lazar pour les amis et intimes
et pensent que je ressemble à : Luke Evans.
Actuellement je suis : Célibataire.
J'ai fait des études : Archéologie Magique
, aujourd'hui je travaille en tant : Professeur de DCFM à Koldovstoretz
Sans le cacher je soutiens : non défini
J'ai rédigé : 297
parchemins, et récolté : 275
Dengi. Mon portraitiste s'appelle : LΛZΛRE (avatar), Asshai (gif sign.), northern lights (code sign.).
Ma baguette est faite en : Bois de Palado, 36 cm, écaille de Zmey, le mot вампир est gravé sur le bois et un rubis est incrusté sur son pommeau.
Mon niveau de combat est : 3.


Sacoche magique
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
http://koldovstoretz.forumactif.com/t99-confessions-d-un-vampire
20/3/2017, 18:35
See the light, under the water
Svetlana & Lazar
Et si parfois je m'égare, j'aimerais que dans le noir, ce soit ton sourire qui me ramène sur le droit chemin.

L'aquarium est une des parties les plus calmes et apaisantes de l'école. J’apprécie y passer du temps, surtout l'été, lors des grosses chaleurs, j'aime m'y réfugier pour profiter de la fraîcheur ambiante. Souvent j'y croise Sveti, elle semble beaucoup aimer cet endroit également, parfois on papote, parfois on laisse juste le temps filer en regardant les poissons passer. Ça fait quelques temps que je me suis rendu compte que j'apprécie vraiment sa compagnie. Enfin, ça je le sait depuis longtemps, on s'est toujours bien entendu, on boit régulièrement un café avec Vassi et on rigole bien. Mais ce que je veux dire c'est que depuis quelques temps je me suis rendus compte que j'éprouvais plus qu'une tendre amitié pour la cousine de ma meilleure amie. C'est un peu ironique comme situation, je la connais depuis qu'on est jeunes, depuis presque aussi longtemps que Vassilissa, et pourtant j'ai attendu une dizaine d'année pour développer des sentiments pour cette jeune femme avec qui, maintenant, je travaille.

Prenant conscience de ces sentiments naissants, je me suis quelque peu éloigné d'elle, je ne savais pas trop comment réagir et du coup j'ai pris en quelque sorte la fuite. Je n'en suis pas fier et je pense qu'elle l'a mal prit, elle a dû penser que je ne l'appréciais plus, et c'est pour ça qu'aujourd'hui je descend à l'aquarium. C'est la pause et je sais qu'elle aime y venir pour rester au calme, c'est un de ses endroits préférés de l'école à elle aussi. Je suis venu sans trop savoir si elle serrait là, sans trop savoir ce que j'allais bien pouvoir lui raconter si jamais on en venait à parler. Je me vois mal aussi rester là sans rien dire si il s'avère qu'elle est bien là et qu'elle a mal prit le fait que je m'éloigne d'elle sans raison, comme je le crois. Je descend les marches petit à petit, la tête ailleurs, totalement perdu dans mes pensées, je ne remarque même pas les élèves qui remontent et passent à côté de moi en me saluant.

En bas je retrouve Sveti debout face à la vitre, elle regardait simplement deux roussalka jouer avec des poissons. Le spectacle est tellement amusant et  charmant que j'en oublie complètement pourquoi je cherchais à voir ma collègue, je m'avance simplement pour me mettre à côté d'elle, les mains dans les poches. " C'est étonnant qu'elles soient si actives, habituellement à cette période de l'année elles restent dans ce qui leur sert de maison et sortent rarement. " La situation est plutôt inhabituelle c'est vrai, mais du coup cette belle surprise me donne le sourire, c'est les petits plaisirs de la vie, comme ceux-là qu'il nous faut chérir. Je tourne la tête et je regarde Svetlana, elle est toujours en train de regarder dehors, son profil est plutôt plaisant, enfin c'est mon avis, j'ai entendu des commentaires plutôt durs sur son visage dans les couloirs, et ce depuis que nous sommes jeunes. Moi je n'ai jamais trouvé qu'elle était laide, au contraire, elle a son charme, mais je ne m'attache pas tellement à ce genre de détails, je suis le genre d'homme qui préfère une femme cultivée et spirituelle, avec qui je ne m'ennuierais jamais, qu'un canon de beauté qui n'a pas de conversation. " Ta matinée, ça a été ? "
Made by Neon Demon


Life is an eternal quest
Nul homme ne sait, tant qu'il n'a pas souffert de la nuit, à quel point l'aube peut être chère et douce au cœur. (⚡️) Bram Stoker Dracula
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

25/3/2017, 01:16
Invité

See the light, under the water

- Svetlana & Lazar -


Et si parfois je m'égare, j'aimerais que dans le noir, ce soit ton sourire qui me ramène sur le droit chemin.
Pour trouver l’apaisement rien de tel que d’observer les poissons nager dans la Neva à travers les vitres de l’aquarium de l’école. Dans cette pièce l’impression d’être sous l’eau est si forte que l’on pouvait presque sentir le liquide sur sa peau et le soulagement immédiat qu’il procure. Svetlana adorait cet endroit, elle s’y sentait hors d’atteinte de toute complication, de tout conflit. Aucune agitation ne troublait son esprit ou son cœur en ce lieu. Il y avait bien quelques élèves qui auraient pu perturber sa méditation mais rien de parvenait à la déranger. Elle pouvait y rester des heures et cela faisait sans doute des heures qu’elle était assise sur les coussins aux motifs chatoyants. Une forme différente des autres attira son attention. Svetlana focalisa son attention sur la silhouette longiligne qui se déplaçait rapidement, faisant du courant du fleuve. Courbes sveltes et gracieuses, teint pâle et chevelure verte. Une roussalka bientôt rejointe par une de ses semblables. On avait beau savoir que ce sont des créatures dangereuses, elles n’en restaient pas moins magnifiques.  Si belles que Svetlana quitta le confort des coussins pour se rapprocher de la vitre et admirer le ballet aquatique que jouaient deux roussalki et un poisson.

La voix de Lazar la fit sursauter. Elle ne s’attendait pas à le voir ici et n’osa qu’un rapide coup d’œil sur le côté. Que venait-il faire dans l’aquarium et surtout à coté d’elle ? Il ne cessait de fuir son contact depuis quelques temps, sans doute lassé et fatigué des éternelles questions de Svetlana. Cette dernière s’était faite à l’idée qu’elle devait se montrer trop agaçante et que son collègue était arrivé au bout de sa patience. Elle concevait tout à fait que leur relation, bien que ancienne et débutant en dehors de l’école, demeurait professionnelle. De plus en dehors des runes et des langues sa conversation était des plus communes.

« Au fond de la rivière dans leur palais de cristal d’après les légendes. » répondit-elle au sujet des roussalki.

Elle les imaginaient parfaitement évoluant avec lenteur et grâce dans  les vastes pièces d’un palais cristallins. La vérité devait être un peu plus décevante. Est-ce que quelqu’un s’était déjà aventuré dans les eaux profondes des lacs et des rivières pour vérifier le fondement de cette légende ? Elle prendrait la peine de trouver une réponse à cette question en rentrant chez elle, en passant à la bibliothèque pour lire jusqu’à l’épuisement – comme à son habitude – avant de regagner son lit. Koldovstorezt était sa maison depuis si longtemps qu’elle ne concevait pas d’en avoir une autre, une bien à elle dans la ville. Elle appréciait cette bonne vieille battisse qu’elle connaissait comme sa poche. L’impression de faire partie des murs avait quelque chose de rassurant. Nourrie, logée, blanchie. Que demander de plus? Elle pouvait se consacrer entièrement à ses cours et à ses recherches sans être rappelée à la dure réalité des placards à remplir ou du linge à nettoyer.

« J’ai reçu une lettre que j’attendais avec impatience du professeur Ivarson ce matin. Ses réponses sont toujours si pertinentes et utiles pour saisir toutes les subtilités des langues nordiques. Puis j’ai pris une collation avec mon frère. »

Quand elle avait reconnu l’écriture de son correspondant islandais sur l’enveloppe déposée le matin par un hibou, elle était si excitée qu’elle avait manqué de renverser son thé. Sa traduction d’un vélin médiéval sur les trolls ne la satisfaisait pas entièrement et elle avait désespérément besoin des lumières du professeur Ivarson pour affiner son travail. Elle était si honorée qu’un éminent linguiste tel que lui prenne le temps de lui écrire depuis le début de ses études. La première lettre datait de sa première année d’ASPIC quand tremblante, pleine d’appréhension et de candeur, elle avait osé lui écrire pour lui témoigner toute l’admiration qu’elle lui vouait et comment ses ouvrages lui avaient révélé sa vocation. Il lui avait envoyé son dernier livre dédicacé la remerciant de sa passion pour les langues et les runes. La pauvre petite en avait pleuré de joie. Leur correspondance régulière avait commencé lors de sa première année de professorat et n’avait cessé depuis. Svetlana n’écrivait pas à beaucoup de monde. La pile de lettres reçues du professeur était la plus volumineuse et était soigneusement conservée et classée dans un coffre.

« Comment s’est passé la tienne ? » osa-t-elle demander après quelques hésitations.

C’était lui qui avait engagé la conversation après tout, il devait avoir envie de parler. Sa matinée devait certainement être plus divertissante que la sienne. Les cours de runes étaient dispensés à un nombre restreints d’élèves motivés mais aucun d’entre eux ne s’attendaient à vivre des expériences transcendantes ou des apprentissages qui serviront dans des temps troublés. Les runes n’étaient pour personne synonymes de danger ou d’aventure contrairement à la défense contre les forces du mal. La connaissance des runes n’était pas utile dans la vie quotidienne. La preuve en était qu’une matière était obligatoire et l’autre optionnelle. Mais cela ne dérangeait pas Svetlana, elle appréciait d’avoir des élèves qui avaient spécifiquement demander son cours par réel intérêt.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Né(e) il y a : 36 ans
, à : Moscou.
, mes proches me surnomment : Professeur, Monsieur, ou simplement Lazar pour les amis et intimes
et pensent que je ressemble à : Luke Evans.
Actuellement je suis : Célibataire.
J'ai fait des études : Archéologie Magique
, aujourd'hui je travaille en tant : Professeur de DCFM à Koldovstoretz
Sans le cacher je soutiens : non défini
J'ai rédigé : 297
parchemins, et récolté : 275
Dengi. Mon portraitiste s'appelle : LΛZΛRE (avatar), Asshai (gif sign.), northern lights (code sign.).
Ma baguette est faite en : Bois de Palado, 36 cm, écaille de Zmey, le mot вампир est gravé sur le bois et un rubis est incrusté sur son pommeau.
Mon niveau de combat est : 3.


Sacoche magique
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
http://koldovstoretz.forumactif.com/t99-confessions-d-un-vampire
22/4/2017, 16:34
See the light, under the water
Svetlana & Lazar
Et si parfois je m'égare, j'aimerais que dans le noir, ce soit ton sourire qui me ramène sur le droit chemin.

Même si elle me dit être heureuse de cette lettre qu'elle a reçu, je sens comme une tristesse dans son regard, elle a l'air blasée, je l'ai rarement vue comme ça. Il lui arrive d'être ailleurs, mais elle a toujours cette petite étincelle dans le regard qui montre qu'elle est quelque par où il fait  bon vivre. Là elle semble contrariée, je me demande si ma présence y est pour quelque chose, je n'espère pas. Le professeur Ivarson, elle en parle souvent, c'est un éminent confrère qu'elle admire et aime consulter à l'occasion. Elle voue pour lui une sorte de passion, lorsqu'elle reçois une réponse à ses lettres, elle est comme surexcitée, comme une enfant devant ses cadeaux de Noël. Je me sens toujours privilégié d'assister à ces instants, elle ne montre pas souvent qu'elle est aussi vulnérable, qu'elle montre autant ses sentiments. Avec le temps elle s'est forgée une carapace, sûrement à cause des moqueries qu'elle a subie durant notre scolarité.

Je la regardais toujours quand elle se retourna vers moi pour me parler, ce qui me prit un peu de court, je ne m'attendais pas à croiser son regard aussi vite. Je portais encore mes lunettes de vue, comme il m'arrive de les oublier souvent sur mon nez. Je les met souvent pour les cours, parce que mes yeux fatiguent facilement, mais sinon je n'en ai pas besoin. Hélas, comme je viens de le dire, il m'arrive souvent d'oublier de les ôter une fois mes cours terminés. D'un mouvement de main je les remet en place par réflexe et me recentre sur l'eau en face de nous et les deux roussalka qui s'éloignent légèrement, visiblement on ne les intéresse plus tellement. Je me demande toujours comment elles font pour vivre dans une eau aussi froide, surtout en cette période de l'année. Je me trouve présentement très privilégié de pouvoir assister à ce spectacle, ce jolie balais qu'elles nous offrent. " Ça va, un peu agitée, j'ai eu quelques élèves turbulents mais bon, rien de bien différent de d'habitude. J'espère juste qu'avec le nouveau programme je pourrais limiter les blessés ... " Cela me préoccupe quelque peu, je ne sais pas comment je vais pouvoir faire pour limiter les dégâts. Depuis que le nouveau directeur est en place, mes cours doivent s'adaptés à ses attente et devenir plus stricts, plus dangereux pour les élèves aussi. Je redoute le jour où je vais être responsable de la moitié des présences à l'infirmerie.

Toujours les yeux perdus dans l'eau derrière l'épaisse vitre en face de moi, je me risque à lancer une invitation qui, il y a peu, ne me demandait aucun courage et bizarrement maintenant c'est le bagne. " Est-ce que ça te dirais qu'on mange ensemble tout à l'heure ? " J'assume à moitié cet invitation même si je sais très bien que cela signifie manger à côté de moi en salle de réception au repas de midi, avec tous nos collègues et les élèves ... Comme d'habitude quoi. Je me trouve terriblement pathétique là tout d'un coup. Je me redécouvre timide, je ne sais pas ce qui me prend, j'ai rarement été comme ça, je suis plutôt du genre sur de moi et blasé d'ordinaire. " Oh et un café après les cours ce soir ça te dirait ? Je dois passer voir mon père mais après je suis disponible si tu veux. " Pourquoi quand je lui propose de manger avec du monde autour de nous je suis au bord du gouffre et quand je lui propose un café en tête à tête en ville je suis aussi naturel qu'avec un membre de ma famille ? Je crois que vraiment plus ça va et plus je vais m'exaspérer avec cette histoire.
Made by Neon Demon


Spoiler:
 


Life is an eternal quest
Nul homme ne sait, tant qu'il n'a pas souffert de la nuit, à quel point l'aube peut être chère et douce au cœur. (⚡️) Bram Stoker Dracula
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» ▪✻ i wait for light like water from the sky.
» Shark in the water
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Personnages tournant souvent dans le monde du Water Boy...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: PODVALY ► Sous-sols :: Aquarium-
Sauter vers: