FORUM FERME

 ::  :: TOZHDESTVA ► Histoire de vie :: Validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kiril N. Ivanov feat Sean O'Pry

avatar
Invité
Invité

6/5/2017, 21:11
Invité

Kiril Nikolaïevitch Ivanov
feat Sean O'Pry


Kirioucha △ 19 ans △ 18 Juillet 1911 △ Russe △ Saint-Petersbourg △ Sang-Pur △ Etudiant à Koldovstoretz △ N'a pas encore passé ses ASPIC △ Yantarnyy △ Hétérosexuel contrarié △ Fiancé △ Discret △ Capable △ Tempéré △ A du mal à s'affirmer △ Retors △ Critique △ Nécromancien, Oreille parfaite




Extrait 1 -
Jumeaux, de cœurs et de esprits entremêlés, partageant un même noyau, une même essence, rattachés et soudés contre l'adversité. Ils sont tous deux venus au monde en l'année 1911, au sein de la demeure familiale, au cours du mois de Juillet. La date ne signifiait rien, pour les Russes tous du moins, mais si les Ivanov s'étaient interrogés sur l'augure, tel qu'ils ne le firent jamais, ils auraient alors apprit que le 18 Juillet s'avérait être la date anniversaire du grand incendie de Rome, un événement qui, en son temps, avait marqué et flétrit une ère toute entière. Pour les sang-purs, néanmoins, cette date ne serait que la première des fiertés que Nikolaï Ivanov pourrait s'attribuer, offrant pour renforcer et défendre le nom prestigieux des siens, deux garçons du même coup. Deux parfaites copies, cheveux de charbon et yeux d'aigue-marine, si semblables l'un à l'autre qu'il était impossible de les distinguer à un âge si tendre….

Extrait 2 -
La frustration et l'agacement de son père, le désarroi du fabriquant de baguettes, tout cela lui était perceptible, bien qu'il ne fut pas, à cette époque, apte à en saisir toutes les nuances. Tous ces sentiments faisaient néanmoins échos à ceux qui s'agitaient en lui, tandis que le vieil homme avouait à grand peine avoir épuisé son stock de baguettes à présenter au jeune héritier. Aucune ne convenait, aucune ne le choisissait. L'annoncer à sa mère, une fois rentré, fut plus insurmontable encore, et il resta muet, se contentant de se murer dans un silence alors mal interprété. Non, il ne s'agissait nullement de hauteur, ni de colère, mais il vivait pourtant mal ce qu'impliquait le refus subit en cette journée. Un revers qui se répéta, lorsque son père consentit enfin à l'envoyer en Bulgarie, correctement accompagné, pour tenter de trouver un outil lui convenant chez Gregorovitch. Nikolaï n'agréait à ce voyage que dans le seul but de trouver le réceptacle qui permettrait à sa descendance de se réaliser sans couvrir sa famille de honte, et on le lui avait fort bien fait comprendre. La tension qui habitait le jeune corps, alors qu'il remerciait platement le fabriquant et prenait congé, tendait ses traits, frémissant dans ses frêles épaules tandis qu'il se détournait. Une fois encore, aucune baguette ne l'avait accepté. Qu'y avait-il exactement chez lui qui ne marchait pas correctement ? Le revers, l'outrage, prenaient des proportions gigantesques dans l'esprit encore jeune, et la question ne cessait de tourner en boucle au fin fond de son intellect en plein éveil. Pourquoi ? Une fois encore, le jeune garçon eut toutes les peines du monde à trouver la force d'annoncer cette mauvaise nouvelle, parfaitement conscient de la réticence de son géniteur à le laisser voyager hors de Russie, comme de l'irritation que pouvait causer cet échec renouvelé. Était-il donc condamné à ne pouvoir faire partie des sorciers, lui qui, pourtant, portait le glorieux sang de la famille Ivanov ? Délivrance vint enfin, au prix du sacrifice paternel, lorsqu'il trouva enfin son bonheur, à l'autre bout de la planète. Il fallut voyager jusqu'en Amérique, pour trouver ce qui lui manquait, pour que l'acceptation s'effectue enfin, ardemment souhaitée et mille fois regrettée, appelée sans plus d'espoir d'être réalisée. Son retour à Saint-Petersbourg, il l fit en rayonnant de fierté.

Extrait 3 -
La fièvre ne descendait pas, refusant de desserrer son emprise sur son corps secoué de frissons et de spasmes, la toux raclant sa gorge, laissant de sanglant reliquats sur les draps blancs. Cela faisait déjà deux semaines et aucun signe d'amélioration ne venait apaiser ses souffrances, les attentions des guérisseurs ne parvenant qu'à maintenir son état afin qu'il ne s'aggrave pas. Brûlant, le moindre mouvement lui arrachait l'agonie, forant son crâne et l'arborescence de ses nerfs d'une douleur atrocement vive, encore aggravée par les quintes irrépressibles qui, justement, l'obligeait à bouger. En ce cercle infernal qui lui volait le sommeil pour ne lui laisser que les pires heures de son calvaire, au cœur de la nuit, l'immobilité du monde alentours devenant une prison d'insupportable silence, de solitude infernale. Une fois, une fois seulement, il faillit demander à être tiré de son supplice, une fois seulement il osa souffler une supplique brisée, préférant mourir que de continuer à supporter l'outrage à son intégrité. Est-ce que cela l'avait marqué, le réceptacle de son souhait, qu'un enfant de douze ans à peine soit prêt à trépasser pour être délivré de la cage de l'infection ? Lui, cela ne lui importait pas, il ne pensait qu'à la douleur, tournant en boucle, vive puis apaisée, uniquement pour se faire plus vive une fois encore.
Puis enfin, après un mois, il sembla que l'affliction passait, lentement et avec difficulté. Confiné à l'intérieur de la demeure familiale, il était en permanence surveillé afin d'éviter une rechute, jusqu'à ce qu'il ait reprit suffisamment de force pour que toute inquiétude soit passée.

Extrait 4 -
Les doigts courraient sur les touches d'ivoires bichromes, leur manichéenne intemporalité luisant sous les lueurs chaudes de l'âtre éveillé, échappant les claires notes égrenées au sein d'une calme mélodie. Son père l'a toujours encouragé à poursuivre cette discipline, en particulier depuis qu'on lui avait découvert cette infinie sensibilité, et il se faisait un plaisir de complaire, emplissant la demeure des carillons de l'instrument, remplaçant parfois en cela le gramophone usuellement accolé à son géniteur. La mélodie, curieusement simple, le berçait, apaisant les pensées qui couraient en son esprit, l'assaillait, parfois sans immédiate nécessité, et qu'il noyait alors dans les suites de notes tranquilles, apaisées. Son attention était, pleine et entière, tournée vers l'enchaînement, plus rien ne filtrait, plus rien ne le troublait, réduisant pour un temps le monde à cette seule activité, le son caressant la peau, coulant dans les oreilles, pour y noyer les cris imprimés au fer rouge… une façon comme une autre de les ignorer. Une façon comme une autre de tenter de diluer l'air parfois tombal qui flottait entre ces murs….
Qu'était-ce cette fois ? Peut-être son père avait-il découvert que sa mère le formait à la magie à sa place, lui qui avait toujours voulu conserver la main sur l'éducation de ses enfants. Il n'avait pas, de plus, l'âge d'entrer à Koldovstoretz, il était évident que s'il l'apprenait, il ne pourrait apprécier. Peut-être était-ce cela, oui, peut-être était-ce autre chose… Les occasions se confondaient autant que les notes dans son esprit.

Extrait 5 -
Il l'avait affirmé, doucement, paisiblement, sans la moindre hargne, sans la moindre colère, les yeux dans ceux de celui qui semblait être le dirigeant de leurs ravisseurs. Ils mourraient, c'était certains. Ces hommes étaient seuls, isolés, avaient agit, du peu qu'il avait comprit, hors des ordres de leur organisation… Alors oui, ils mourraient. Lui n'en avait pas le moindre doute, leur seule obligation en cela était d'attendre, de laisser faire… L’occurrence était incrédule, à ses yeux, l'audace mal ajustée, trop de risques, et pour quel résultat ? Cela ne leur servirait pas. Son frère semblait plus virulent, un feu qui correspondait à son caractère, plus affirmé, plus dominant. Lui restait en retrait, la surpris et le souci de la situation s'atténuaient lentement, devant les preuves flagrantes de leur folie. En un sens, il les plaignait presque, mais jamais il ne les craindrait.

Extrait 6 -
La nécromancie s'avérait être un art comme un autre, disposant simplement d'une sinistre réputation en raison du tabou moral sous le coup duquel il croulait. L'homme qu'ils avaient conjointement choisit pour s'occuper de le former à cette nébuleuse discipline le comprenait fort bien et n'avait cessé de vouloir le lui inculquer. Lui… voyait les choses quelque peu différemment, ce qui ne l'empêchait guère de profiter de ce qu'on lui offrait avec la plus grande des diligences. Nikolaï éprouvait régulièrement l'avancée de ses études en la matière, s'il ne venait surveiller le reste, et il n'avait pas un instant cherché à lui échapper… Depuis plus de cinq ans, il lui avait remit la direction de son tutorat, n'ayant tenté qu'une unique fois de l'outrepasser, avec de lourdes conséquences. Pourquoi ? Pourquoi le lui avait-il lui-même demandé ? Parce que cela le fascinait, sans nul doute et il n'avait pas besoin que quiconque le comprenne, bien que son jumeau le fit sans doute, ne serait-ce que par instinct, tant ils étaient étroitement liés. Il n'avait besoin que du silence dans lequel ils travaillaient, de la sensation qui accompagnait chaque sortilège… Il voulait s'en gorger, tant qu'il le pouvait, tant qu'il était encore élève, et qu'il résidait dans l'ombre toujours plus étendue de sa famille. L'approche des études supérieures le faisait se questionner, sur ce qu'il désirait, sur un départ potentiel à l'étranger pour trouver un cursus qui lui soit plus adapté. Mais en toute optique, ce qui lui manquerait le plus serait certainement cela, cette facilité, l'encouragement qu'on lui prodiguait tandis qu'il écartait, sensiblement, les voiles opaques de savoirs rejetés. De Koldovstoretz, rien d'autre ne lui manquerait vraiment, il en était assuré, pas plus les élèves que le club auquel il participait, uniquement… ceci, ces moments partagés.

Extrait 7 -
Ironique, comme les événements s’enchaînaient parfois, s'entrecroisaient pour mieux vous narguer. La révolution rouge, puis la prise de pouvoir de Raspoutine, avaient eut bien des répercussions, et à son humble niveau, il avait vu ses fiançailles avec l'une des filles Tchekov annulées après la déchéance que cette famille avait subie, étant restée fidèle à la royauté. Son père ne souhaitait pas maintenir un lien avec une engeance de traîtres à la Main Noire, ou l'obliger à supporter une épouse qui n'apporterait rien aux Ivanov comme à lui personnellement, et il agréait aisément. Fort à propos, son inclinaison pour la première héritière des Yuan lui permettait d trouver une échappatoire à une nouvelle alliance qui ne l'enthousiasmerait guère, aussi, plutôt que d'essayer de détourner son père de l'idée de fiançailles renouvelées, il avait subtilement glissé l'attention de celui-ci vers la demoiselle qui l'intéressait, et ce bien qu'il ait su par avance que les négociations avec le patriarche de la famille chinoise seraient des plus âpres. En règle générale, ils ne s'unissaient pas en dehors des leurs… Ce dont il ne se doutait pas, c'était de l'enchaînement malheureux qui amènerait une autre promesse d'union dépareillée.
Dire qu'il en voulait à son père aurait été un euphémisme, dire qu'il était prêt à accepter les choses sans rien en penser, sans rien faire, était naïf… Sa mère était morte par sa négligence, parce qu'il avait voulu faire le fier, et avait échoué à voir venir ce qui lui fonçait dessus. Toute cette situation ridicule et gênante était le fruit de son seul ego aveugle. Il était difficile de cacher les récriminations qu'il entretenait à l'égard d'un Legilimens, mais il se moquait bien que son père espionne ses pensées… Depuis l'annonce, il ne jouait plus, s'éloignait de lui, petit à petit, jour après jour, rongeant intérieurement, tout bas, cette amertume. Et ce d'autant plus depuis qu'il avait rencontré une paire d'yeux dépareillés.


Koldovstoretz

BAGUETTE
Ma baguette fait 28 cm, en bois de Charme. Son coeur est fait de corne de Basilic. Elle est spécialisée dans les sortilèges, cependant sa faiblesse restera toujours les sortilèges brutaux. Ma baguette a une particularité, c'est Иванов est gravé sur le bois, un diamant est incrusté dans le pommeau de la baguette..


FAMILLE
- Père : Nikolaï Ivanov
- Famille : Les Ivanov, une famille qui marche sur la tête depuis déjà longtemps...


INFORMATIONS
Mon patronus est un caméléon, je n'y peux rien et je l'apprécie. Lorsque je rencontre un épouvantard, celui-ci prend la forme de auparavant il s'agissait d'un podium, à présent, c'est le cadavre de sa mère, ranimé par ses propres soins . Si je m'approche d'une fiole d'Amortentia, je sens l'odeur du savon, des fleurs de lotus et du thé noir.


MOI-MÊME
Derrière l'écran on m'appelle "magiaaedenia". J'ai 24 ans et je vis dans les environs de Marseille. Je fais du rp depuis longtemps, j'aime ça ! J'ai découvert Koldovstoretz grâce à mon premier compte.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

6/5/2017, 21:20
Invité
Nyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhh ** 13 13 13 13
Mon fils 17 20
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandra I. Ivanova
Elève à Koldovstoretz
Né(e) il y a : vingt-trois ans
, à : Saint-Pétersbourg
, mes proches me surnomment : Sasha
et pensent que je ressemble à : Margot Robbie.
Actuellement je suis : fiancée
, je suis : attirée par les hommes.
J'ai fait des études : à la défense magique.
, aujourd'hui je travaille en tant : qu'élève à Koldovstoretz.
Sans le cacher je soutiens : la Main Noire.
J'ai rédigé : 398
parchemins, et récolté : 14589
Dengi. Mon portraitiste s'appelle : Blondie (avatar) + cheap thrills (sign).
Dans la vie, je suis aussi : Maria G. Raspoutina, Kathleen M. Goustov.
Ma baguette est faite en : Palissandre des Indes et son coeur est en écaille de Zmey.
Mon niveau de combat est : 3.


Sacoche magique
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
http://koldovstoretz.forumactif.com/t97-fiches-de-rp-d-alexandra
6/5/2017, 23:39

Validation

Te voilà validé(e) Kiril N. Ivanov! Nous espérons que tu trouveras ta place sur ce forum avec ce personnage intéressant N'hésite pas à faire un tour pour réserver ton avatar et ton métier. Les fiches de liens et de rps te sont ouvertes, tu peux faire tes demandes et ainsi ... commencer le RP !! Si tu le souhaites, tu peux aussi rédiger la chronologie de ton personnage, pour qu'on puisse avoir accès aux moments les plus importants de sa vie, mais aussi recenser un éventuel don magique.
Bienvenue et amuse toi bien !


take my hands
let me see our future.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yegor V. Zaïtsev
Membre de la Main Noire
Né(e) il y a : 26 ans
, à : Saint-Pétersbourg
, mes proches me surnomment : /
et pensent que je ressemble à : Aaron Taylor Johnson .
Actuellement je suis : Célibataire.
, je suis : Hétérosexuel à n'en pas douter.
J'ai fait des études : du moins jusqu'à la fin du cursus normal, pas besoin de grandes études quand on est doué
, aujourd'hui je travaille en tant : que Membre de la BEMN.
Sans le cacher je soutiens : la Main Noire, bien évidement !
J'ai rédigé : 80
parchemins, et récolté : 117
Dengi. Mon portraitiste s'appelle : EXORDIUM (avatar) ; hedgekey (code sign)
Dans la vie, je suis aussi : Lazar R. Obolinsky
Ma baguette est faite en : bois de Sen avec un cœur de plume d'oiseau-tonnerre et fait 38 cm
Mon niveau de combat est : 4.


Sacoche magique
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
http://koldovstoretz.forumactif.com/t190-lizaveta-you-may-say-i-
7/5/2017, 00:18
Oh purée :O Non mais c'est quoi cette rapidité de fiche et de validation !!! Je t'ai même pas vu passer xD
Bon ben re-bienvenue ^^


Tapis dans l'ombre tel la bête, il attend le moment propice pour fendre sur sa proie. Il n'y a pas de doute, elle n'auras aucune chance d'y réchapper. Ce qu'il adviendra alors de son corps inerte, seul le bourreau pourra le savoir.Run baby run !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Sean Penn and Wyclef Jean: Hollywood, Hip Hop and Haiti
» Down - JAY SEAN - LIL WAYNE
» Sean Irbe (Serdaigle)
» Has Sean Penn been recruited by Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier?
» Sean Couturier (Saddy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: TOZHDESTVA ► Histoire de vie :: Validés-
Sauter vers: