FORUM FERME

 ::  :: LUCHI ► Rive sud Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

6 mars 1930 - Les liens du sang feat. Lazar

avatar
Alexandra I. Ivanova
Elève à Koldovstoretz
Né(e) il y a : vingt-trois ans
, à : Saint-Pétersbourg
, mes proches me surnomment : Sasha
et pensent que je ressemble à : Margot Robbie.
Actuellement je suis : fiancée
, je suis : attirée par les hommes.
J'ai fait des études : à la défense magique.
, aujourd'hui je travaille en tant : qu'élève à Koldovstoretz.
Sans le cacher je soutiens : la Main Noire.
J'ai rédigé : 398
parchemins, et récolté : 14589
Dengi. Mon portraitiste s'appelle : Blondie (avatar) + cheap thrills (sign).
Dans la vie, je suis aussi : Maria G. Raspoutina, Kathleen M. Goustov.
Ma baguette est faite en : Palissandre des Indes et son coeur est en écaille de Zmey.
Mon niveau de combat est : 3.


Sacoche magique
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
http://koldovstoretz.forumactif.com/t97-fiches-de-rp-d-alexandra
19/5/2017, 13:30
       
les liens du sang

   
-  Lazar R. Obolinsky — Alexandra I. Ivanova -

   

IL EST VENU A MOI, EN CETTE NUIT DE MARS, AFFAIBLI, SOUFRANT. JE LUI AI OFFERT MON SANG, CAR JE NE POUVAIS LE VOIR MOURIR DANS MES BRAS. IL EST ET RESTERA MON PROFESSEUR DE DÉFENSE CONTRE LES FORCES DU MAL. CELA NE DOIT PAS SE SAVOIR, NOUS RISQUONS GROS TOUS LES DEUX.
Alexandra déambulait dans les rues de la ville russe, l'air hagard, le visage à moitié camouflé sous le capuchon de sa cape noir. Elle glissait sur le sol, telle une ombre ou un fantôme d'un ancien temps. Ses prunelles azurées étaient rivées sur le sol, elle ne voyait pas ce qui se déroulait autour d'elle. Cette nuit de mars était encore bien fraîche, le vent giflait ses joues délicates, les irritant par endroit. Son visage pâle ne laissait passer aucune expression, elle semblait absente. Ses talons claquaient sur le sol pavé dans un rythme régulier. Les quelques passants qu'elle croisait ne lui portaient pas la moindre attention, heurtant par mégarde l'un d'eux qui ne se gêna pas pour l'insulter. Ce soir, elle ne portait par son épaisse cape en fourrure, elle voulait passer inaperçu. Porter un tel signe de richesse aurait pu la ralentir dans sa balade, voir même lui porter préjudice. Non, elle était vêtue comme une femme du peuple. Sa longue robe sous sa cape était d'une simplicité déconcertante, d'un bleu nuit, sans la moindre fioriture, cintrée au niveau de ses hanches chétives, lui donnant presque l'air d'une jeune paysanne. A son doigt trônait encore l'alliance offerte par son fiancé. Son regard se posa pendant quelques instants sur cette magnifique pierre qui ornait l'anneau. Une pensée alla vers lui, qui aurait probablement refusé de la voir déambuler seule dans ces rues. Pourtant il fallait qu'elle parte, elle ne pouvait pas rester enfermée entre ses quatre murs, attendant la fin de sa vie monotone. Alexandra poussa un profond soupire. Les rues sombres de la ville n'étaient pas bien famée à cette heure-là de la journée. Un bon nombre de Moldus ou de sorciers malfaisants allaient et venaient. Pourtant la belle n'avait pas peur, non à vrai dire elle ignorait parfaitement le danger qui la guettait à nouveau. Était-elle suicidaire ? Non, peut-être stupide.

La belle s'aventura dans une petite ruelle et trébucha sur quelque chose. Elle perdit l'équilibre et tenta de se rattraper au mur en brique. Hélas le mur était humide, ses mains glissèrent sur le revêtement et la sorcière s'étala sur le sol. Ses genoux claquèrent brutalement sur les pavés, entaillant sa peau sous sa robe et sa cape. « Aïe » réussit-elle à murmurer, la mâchoire serrée. Alexandra fustigeait contre sa propre maladresse, se redressant avec difficulté. La sorcière observa l'ombre sous ses pieds, quand elle se rendit compte que ce n'était pas dans des déchets qu'elle avait trébuché. C'était un corps sans vie. Elle recula progressivement, sans regarder derrière-elle. Était-ce un Moldu qui était mort de froid ? Ou la Main Noire avait-elle fait une descente dans ce quartier et ce mort était un membre de l'Ursa Major ? Elle n'en savait rien. La jeune femme sentit son capuchon glisser sur ses épaules, découvrant ainsi sa chevelure dorée et son visage. Elle tourna la tête et évita un sortilège qui siffla à côté de ses oreilles. « Qu'est-ce que ... » Un éclair vert heurta le mur de brique et le fit exploser, un morceau de pierre toucha la jeune femme à la tête. Alexandra tomba à nouveau par terre, cette fois-ci à la renverse. Sonnée, elle réussit à lever sa baguette pour se protéger des sortilèges qu'on lui lançait. Était-elle tombée dans un guet-apens ? La sorcière se redressa péniblement, un filet de sang s'écoulait le long de son visage, partant de son front blessé pour finir en goutte-à-goutte au niveau de son menton. Bordel, ce n'était pas le bon jour pour se faire attaquer.

La pluie avait fait son apparition, plongeant la ville de Saint-Pétersbourg dans un nuage de brume aqueux. Alexandra s'était lancée dans une course effrénée, poursuivit par son assaillant masqué qui continuait de lui jeter des sortilèges. A l'aveugle, elle tentait de répliquer. C'était compliqué. Fort heureusement, la sorcière russe avait gardé de son endurance, et c'est grâce à ça qu'elle avait réussi à le semer, après de longues minutes. Elle avait grimpé en haut d'un escalier qui menait au toit d'un immeuble en ruine, elle s'était réfugiée sous une tonnelle en tôle, le corps humide tremblait de froid. Alexandra tentait d'apaiser sa respiration haletante, et bruyante. Rien à faire, elle continuait de laisser échapper d'épaisses volutes de fumées entre ses lèvres. Qui l'avait encore attaqué ? Elle regrettait presque d'être sortie contre les protestations de son fiancé. Elle risquait encore de l'énerver, là au moins il avait raison. La jeune femme se recroquevilla dans son coin, en attendant que le temps s'améliore un peu. Peu de chance, des trombes d'eau inondaient presque les rues, la sorcière sécha ses vêtements trempés, d'un coup de baguette magique, lorsqu'elle sentit une présence derrière elle.

Alexandra sortit sa main de sous sa cape et lança un sortilège sur l'ombre derrière elle en se retournant. Trop tard, sa baguette s'échappa de ses doigts, elle essaya de la rattraper vainement mais, impossible, elle disparut entre les mains de l'inconnu qui ne dévoilait pas son visage. Il y eu un instant de silence. La belle fixait d'un air sauvage la personne qui lui faisait face. Elle fronça ses sourcils pour tenter d’apercevoir les traits de son visage, rien à faire, la nuit ne l'aidait pas. « Qui êtes-vous pour oser attaquer une femme en pleine nuit ? » Gronda-t-elle d'une voix faussement sévère, consciente qu'elle n'avait pas l'avantage dans la situation. Ses cheveux blonds encadraient son visage aux traits tirés. Elle tenta de reculer, sentant la pluie se glisser dans sa nuque, à la jonction entre sa cape et la naissance de son cuir chevelue.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 929 WORDS.



take my hands
let me see our future.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Né(e) il y a : 36 ans
, à : Moscou.
, mes proches me surnomment : Professeur, Monsieur, ou simplement Lazar pour les amis et intimes
et pensent que je ressemble à : Luke Evans.
Actuellement je suis : Célibataire.
J'ai fait des études : Archéologie Magique
, aujourd'hui je travaille en tant : Professeur de DCFM à Koldovstoretz
Sans le cacher je soutiens : non défini
J'ai rédigé : 297
parchemins, et récolté : 275
Dengi. Mon portraitiste s'appelle : LΛZΛRE (avatar), Asshai (gif sign.), northern lights (code sign.).
Ma baguette est faite en : Bois de Palado, 36 cm, écaille de Zmey, le mot вампир est gravé sur le bois et un rubis est incrusté sur son pommeau.
Mon niveau de combat est : 3.


Sacoche magique
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
http://koldovstoretz.forumactif.com/t99-confessions-d-un-vampire
11/6/2017, 23:34
6 Mars 1930 - Les liens du sang
Alexandra & Lazar
Il est parfois des choses qu'il est difficile de refréner, de contrôler, je ferais mon possible pour subir ces pulsions loin du monde et loin des gens pour leur éviter de me subir et de risquer leurs vies.

Cela fait tellement d'années que j'ai l'habitude de gérer mon envie de sang et mon manque de morsure que je ne pensais pas pouvoir être de nouveau en proie à cette sensation. Ce soir je suis à la merci de ma nature, moi qui fait tout pour la juguler, qui prend des précautions, qui me fournit en sang et qui fait toujours en sorte d'être très loin du manque pour éviter les accident, me voilà ce soit justement en plein dans ce que je redoutais. Je me fiche pertinemment de faire du mal à des êtres que je ne connais pas, une morsure ça n'a rien de bien méchant, mais je sais très bien que quand on commence à boire du sang, surtout quand on le fait directement sur le cou d'une personne bien vivante, qu'on a eu le temps d'apprécier la vie de cette nuque dégagée et des artères qui y palpitent, quand on a sentit la chaleur de ce sang qui émane de tous ses pores, on n'arrive pas à résister à l'appel et rarement on parvient à s'arrêter avant la mort de notre victime. C'est un fait, quand un vampire boit le sang d'un humain, généralement cela se fini par un décès. Je sais tout ça, tous les vampires le savent, c'est pour ça que l'on ne se nourrit plus que sous forme de poche, c'est plus simple, à la fin de la poche on est obligés de s'arrêter, et au moins on est pas devenus des criminels pour autant.

Ce soir je suis pourtant tout à fait où je ne voulais surtout ne plus jamais être, dans ma zone d'inconfort, pire même, je l'ai dépassée, je suis dans la zone dangereuse, il me faut être extrêmement prudent. J'étais pourtant au bar de mon père, pourquoi je ne lui ai simplement pas demandé un petit verre avant de partir, il est vampire lui aussi, il a toujours de quoi sur lui. Mais non, je suis simplement partit pour rentrer chez moi en pensant que cela irait mais ce n'est pas du tout le cas, je dois me rendre à l'évidence, je suis là sous la pluie à marcher parmi la foule, heureusement qu'il n'y a pas grand monde d'ailleurs, et je dois lutter pour ne pas entraîner un passant dans une ruelle sombre pour me repaître de son coup et de son sang chaud et salvateur. J'évite tout contact direct avec habilité, je suis plutôt doué pour me mouvoir surtout la nuit, c'est sûrement dans mes gênes de vampires mais personne n' a jamais réussi à prouver que le fait que l'on puisse plus facilement progresser la nuit ou se faire oublier dans une foule vienne de là. Bien sur nous somme quelque peu nyctalopes, enfin les vampires le sont, moi vu que je ne le suis qu'à moitié, je vois mieux qu'un humain dans le noir, mais pas aussi bien que mon père.

Au bout d'un moment l'envie se fait vraiment trop sentir, je sens mes crocs me tirailler, je sens que je commence à avoir des envies de prédateur, je regarde tout le monde comme une proie potentielle. Pour éviter tout drame inutile, je décide de m'éloigner de la foule et pour être le plus efficace possible, je monte sur un toit à l'aide d'une échelle de service. Là, je me trouve un abri où je me roule en boule. Si la pluie ne m'a pas quelque peu apaisée alors il me faut être patient. Sauf que c'est un gros risque que je prends là, attendre simplement à un endroit c'est courir le risque que le monstre en moi prenne totalement le contrôle et que je fasse une bêtise. Je devrais peut-être reprendre la route vers mon appartement, là au moins je sais que je serais en sécurité, enfin les autres seront en sécurité puisque je ne serais plus dehors et que j'aurais ma réserve de poches de sang. Mais le chemin est encore bien trop fréquenté et arpenter les toits ne me tente pas du tout, je ne sais même pas si j'arriverais à m'orienter ainsi, trop habitué à rentrer chez moi par les rues, au sol.

J'étais toujours là dans un coin sombre sous mon abri de fortune à réfléchir à la meilleur option qui s'offrait à moi, peut-être que si j'attends une heure ou deux les rues seront encore moins fréquentées et je pourrais tenter de rentrer sans incident. Quand finalement les incidents virent à moi. Une jeune femme aux cheveux blonds et au parfum enivrant vint se réfugier avec moi sous l'abri sur le toit. Que peut-elle bien faire là, ce n'est pas un endroit commun pour échapper à la pluie, un porche de boutique aurait suffit ! Surprise de me distinguer derrière elle, elle tente de me lancer un sort. Heureusement je suis en manque mais pas complètement sénile, j'ai encore mes réflexes de sorcier et de professeur de défense contre les forces du mal. D'un sort informulé je la désarme et récupère sa baguette. J'ai l'étrange sensation que ce n'est pas la première fois que j'ai cette baguette en main, mais aussi que ce n'est pas la première fois que ce sens ce parfum. Je fouille dans mon esprit pour essayer de deviner à qui je pourrais avoir affaire, mais il est bien trop embrumer par la soif de sang et cette jolie petite nuque à la peau pâle et délicate qui vient de se pauser juste sous mon nez.

Ses paroles me tirent de mes pensées, non il est sur et certain maintenant que je connais cette personne, sa voix je la reconnaîtrais entre mille, elle fut une de mes élèves les plus brillantes et les plus pénibles aussi. " Mademoiselle Ivanova, que faites vous en un lieu pareil à une heure aussi reculée de la nuit ?! " Je m'avance un petit peu pour qu'elle puisse distinguer mon visage et me reconnaître, je ne veux pas risquer un lumos, elle serait effrayée par mes traits tirés et mes canines plus proéminentes qu'à l'habituée. Je sais à quoi je ressemble en ce genre de situation et ce n'est vraiment pas beau à voir. Je ne sais pas si ma prudence tient de ma courtoisie ou de mon envie de lui enfoncer mes crocs dans le cou et donc de ne pas la faire fuir avant d'y parvenir, mais je vais essayer de croire que c'est la première option qui l'emporte encore, du moins pour l'instant. Ceci étant dit, je me demande vraiment ce qu'une élève de Koldovstoretz peut faire dans un lieu pareil en pleine nuit, ce n'est pas prudent, surtout depuis que tout le monde a apprit ses fiançailles avec le nouveau directeur, elle est devenue une cible de choix pour l'atteindre. Je ne dis pas ça parce qu'elle en est une pour moi, non moi je n'ai rien à faire de ce conflit et de cet homme, je le trouve déplaisant et quelque peu trop radical, mais sinon je me fiche qu'il vive ou meure. Mais je conçois tout à fait que ses ennemis veuilles à présent s'attaquer à sa nouvelle femme, maintenant que l'ancienne est décédée.
Made by Neon Demon


Life is an eternal quest
Nul homme ne sait, tant qu'il n'a pas souffert de la nuit, à quel point l'aube peut être chère et douce au cœur. (⚡) Bram Stoker Dracula
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alexandra I. Ivanova
Elève à Koldovstoretz
Né(e) il y a : vingt-trois ans
, à : Saint-Pétersbourg
, mes proches me surnomment : Sasha
et pensent que je ressemble à : Margot Robbie.
Actuellement je suis : fiancée
, je suis : attirée par les hommes.
J'ai fait des études : à la défense magique.
, aujourd'hui je travaille en tant : qu'élève à Koldovstoretz.
Sans le cacher je soutiens : la Main Noire.
J'ai rédigé : 398
parchemins, et récolté : 14589
Dengi. Mon portraitiste s'appelle : Blondie (avatar) + cheap thrills (sign).
Dans la vie, je suis aussi : Maria G. Raspoutina, Kathleen M. Goustov.
Ma baguette est faite en : Palissandre des Indes et son coeur est en écaille de Zmey.
Mon niveau de combat est : 3.


Sacoche magique
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
http://koldovstoretz.forumactif.com/t97-fiches-de-rp-d-alexandra
12/6/2017, 00:44
       
les liens du sang

   
-  Lazar R. Obolinsky — Alexandra I. Ivanova -

   

IL EST VENU A MOI, EN CETTE NUIT DE MARS, AFFAIBLI, SOUFRANT. JE LUI AI OFFERT MON SANG, CAR JE NE POUVAIS LE VOIR MOURIR DANS MES BRAS. IL EST ET RESTERA MON PROFESSEUR DE DÉFENSE CONTRE LES FORCES DU MAL. CELA NE DOIT PAS SE SAVOIR, NOUS RISQUONS GROS TOUS LES DEUX.
La surprise pouvait se lire à travers ses yeux bleus écarquillés, ses cils recouverts d'une fine pellicule aqueuse lui floutaient la vue. Il y eu un instant de battement, un silence, durant lequel les deux sorciers ne firent que se fixer bêtement sans rien dire. Le temps d'un soupir expiré dans une volute de vapeur, traversant sa bouche entrouverte par la stupeur. Cette voix, elle la reconnaissait entre mille. Cet homme face à elle l'avait suivi durant toute sa scolarité. Il fut l'homme qui lui avait fait aimer d'une passion dévorante les cours de défense contre les forces du mal. Lazar Obolinsky. Chacun devait se demander ce que faisait l'autre, planté sur ce toit, en cette fin de soirée. Alexandra ravala sa salive, les gouttes de pluie froides s'écoulaient sur son visage, dans un rythme régulier, aplatissant sa chevelure qui avait perdu de sa superbe. Elle venait de se faire attaquer en pleine nuit, et la première personne qu'elle croisait sur son chemin aérien, c'était son professeur. Quelle chance ! Évidemment, sans ignorer les origines vampiriques de cet homme, elle ne se méfiait pas de lui. Jamais elle n'avait entendu la moindre rumeur à son sujet, aucune attaque d'élève ou de surveillant. Lazar avait toujours su maîtriser ses pulsions, sa soif d'hémoglobine, et avait toujours su garder son professionnalisme. C'est pour cela que ce soir, au lieu de l'inquiéter, sa présence ne fit que la rassurer. Peut-être avait-elle tort de ne pas se méfier de ce prédateur, car oui, il en était un.

« Professeur Obolinsky ? » Réussi-t-elle à articuler, haussant le ton pour que le son de voix porte sous la pluie battante. Leur dernière rencontre, en dehors des simples cours qu'il enseignait, datait du début du trimestre. Elle était venu lui rendre un devoir, enfin une punition, alors qu'il était en train de donner des cours à son idiot de cousin éloigné, Michka. Les deux jeunes avaient failli en venir aux mains, et le professeur avait joué de son autorité pour les séparer. Durant cet entretien furtif, son cousin lui avait avoué, probablement pour se venger, que Lazar avait des vues sur elle. Foutaise, elle était bien trop jeune pour lui, et de trop haute naissance. Elle s'était permise de rester attentive à ses remarques, à ses gestes envers elle durant ses cours. Jamais elle n'avait noté de différence par rapport à ses autres camarades, aucune. Il s'était bien moqué d'elle, et avait insulté ouvertement ce homme innocent. Innocent. La belle fronça ses sourcils pour tenter d'apercevoir plus distinctement son visage dans la nuit. Peu de détails, seulement sa coupe de cheveux et les ombres de sa micro barbe caractéristique. Il ne possédait aucune odeur particulière, contrairement à bien d'autres hommes comme son fiancé. Le seul son de sa voix lui avait permis de l'identifié, c'était déjà ça. « Ce que je fais là ? » Et vous, garda-t-elle dans son esprit. Ce n'était pas le moment de jouer aux devinettes. Elle avait autrefois tendance à dire les choses franchement, sans filtre. Ces dernières semaines passées en compagnie du patriarche Ivanov lui avaient appris à tenir sa langue, dans certaines circonstances. Alexandra se retourna furtivement, examinant les alentours de ses prunelles azurées. Personne ne l'avait suivi, pas encore. La jeune femme reporta son attention sur l'homme face à elle, ayant presque oublié qu'il possédait sa baguette depuis qu'il l'avait désarmé de façon magistrale. « Un groupe m'a attaqué, ils ont ... tué un homme, au bout de la rue, et je crois qu'ils me traquent », fit-elle, le souffle court.

Sincère, concise. Un éclaire vint fendre le ciel nuageux de Saint-Pétersbourg, accompagné d'un tonnerre assourdissant qui avait fait sursauté la pauvre sorcière. On pouvait entendre, en bas, des gens parler fort. Ils criaient. Ils hurlaient des ordres. Ils étaient peut-être trois, ou quatre. Impossible à évaluer. La belle s'éloigna du corps accroupis du vampire pour se hisser jusqu'au rebord de l'immeuble. Elle posa ses mains sur la rambarde en briques, se penchant en avant pour tenter d'identifier les voix. Le faible éclairage et les rafales de vents qui emportaient des torrents de pluie ne l'aidaient pas à voir clairement. Elle ramena sa chevelure, qui collait sur sa cape, sur le côté, dégageant innocemment sa nuque d'un côté. Sans prendre le temps de se retourner, elle questionna à son tour l'homme derrière elle. « Et vous professeur ? Vos appartements à Koldovstoretz ne vous conviennent plus pour que vous ratissiez les toits de la ville ? » Son naturel cassant n'avait toujours pas disparu. Ses ongles s'enfoncèrent un peu plus dans la surface dur, abîmant sévèrement ses extrémités manucurées. Ses silhouettes encapuchonnées semblaient s'affoler, en bas. Quand soudain, l'une d'entre elles leva la tête. C'était bête, l'espace d'un instant, mais cela suffit au sorcier pour apercevoir en haut, la tête de "La fille !", il pointa son doigt en l'air. Alexandra eut juste le temps de tomber à la renverse lorsqu'un éclair vert lui frôla le visage.

La sorcière avait ses mains souillées par un mélange de gravillons, de saleté et de pluie. Elle se redressa rapidement. Autour d'eux, des ombres apparaissaient, transplanant progressivement en des tourbillons de fumées sombres. Alexandra eut à peine le temps de poser sa main sur l'épaule de Lazar, l'autre sur sa baguette qu'il maintenait toujours sans réussir à la lui prendre. Ce fut juste assez. Ils disparurent aussitôt du toit sur lequel ils étaient perchés. Non, elle ne pouvait pas fuir décemment en le laissant. Qui sait ce que ces gens auraient pu lui faire en les voyant ainsi, côte-à-côte. Les deux sorciers réapparurent sur les rives de la Neva, Alexandra s'éloigna immédiatement de la carrure du professeur. « Rendez-moi ma baguette, ils risquent de revenir et je ne servirais à rien désarmée ». Dit-elle en tendant sa main dans sa direction. Aucune réaction. Ce soir la lune était à son premier quartier, pas assez pour éclairer parfaitement le paysage. Les traits tirés du visage du vampire ne lui apparaissaient toujours pas. Elle ne sentait pas sa soif de sang, qu'il se jugulait d'enfoncer ses canines dans ses carotides. Non, tout ça elle l'ignorait. « Professeur ! » Insista-t-elle en haussant le ton, prenant une voix faussement sévère face à un homme qui faisait le double de son âge. Ce n'était pas Nikolaï, il n'allait pas la fouetter jusqu'au sang pour oser lui tenir tête. C'était Lazar, le professeur gentil et à l'écoute, beaucoup trop moue à son goût pour tenter une quelconque réplique cinglante. Sa main se referma fermement sur le haut de son manteau, sa jumelle l'accompagna sans attendre. Elle tenait cet homme par le col. Normal, aucun soucis. Cependant la situation nécessitait qu'il lui rende sa baguette. Alexandra sentait le danger rôder, mais elle n'imaginait pas qu'il était aussi près d'elle, que son souffle lui mordait son grain de peau humide.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 1142 WORDS.



take my hands
let me see our future.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» (F) Katie McGrath ✣ les liens du sang sont parfois les plus forts [LIBRE]
» (m) Les liens du sang sont les plus fort - Lien famillial
» Les Liens Tissés par le Sang. feat Roxanne Hellsing
» Les liens du sang ne peuvent être défaits ♥ Grey's family
» [TERMINE] Le temps n'efface pas les liens du sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: LUCHI ► Rive sud-
Sauter vers: